Please vote for me...

Recherche

Archives

Pages

Rubriques

Liens

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 23:01

Encore une éclaircie nocturne. N'hésitons pas, faisons-nous plaisir... Cette fois-ci, le ciel est plus clair, et moins stable apparemment. Bien que le sujet soit vraiment petit sur le capteur, je persiste encore une fois sur Mars. Vivement que Saturne monte dans le ciel.

Pour la mise en station, j'ai encore un petit point à vérifier. Avec la raquette, une fois la mise en station au viseur polaire effectuée, quand je pointe les différentes étoiles, je me retrouve avec un "retard" d'environ 15° sur l'axe d'ascension droite (comme si ma monture avait une heure de retard, alors que je donne les bonnes heures au départ...) Il va falloir que je creuse ça une peu plus... Peut-être un soucis sur le fuseau horaire ou l'info heure d'été/heure d'hiver...

Cette fois-ci, je tente moins de choses sur les filtres. J'attaque directement filtre IRcut + filtre de couleur (rouge, vert, ou bleu). Beaucoup de turbulence avec le filtre vert, beaucoup moins avec les autres couleurs... Comme je n'ai toujours pas de mise au point motorisée, je dois faire plusieurs tentatives pour chaque couleur, pour avoir de meilleures chances de bonnes images.

Après la série couleur, j'ai tenté d'augmenter le tirage pour avoir une Mars un peu plus grosse. Tout d'abord, j'ai pris le corps de la barlow 2x (sans les lentilles) avec la barlow 5x et le filtre IRcut et le filtre rouge. voici le montage testé :


TirageB2x

En sortie du porte-oculaire, la barlow 5x, puis le corps de la barlow 2x sans ses lentilles, sortie au maximum, puis enfin la caméra, sortie elle aussi au maximum, équipée des filtres IRcut et rouge. Au passage, on notera le scotch d'électricien qui maintient le câble en bonne position... La mise au point est encore possible, mais je pense que c'est limite. Par rapport au montage sans tirage, je dois avoir une Mars environ 1,5x plus grosse. C'est pas énorme. Il faut voir ce que ça peut donner sur d'autres sujets. Ensuite, à la place de la barlow 2x, j'ai pratiqué le même montage avec le corps de la barlow 3x, mais pas de résultat correct.

Pour les acquisitions, toujours PLX Capture. Cette fois-ci j'ai eu beaucoup moins de plantages. J'ai bloqué un peu mieux le câble... Pour les acquisitions je jongle toujours entre le temps de pose et le gain. J'essaie toujours de ne pas dépasser la valeur du milieu pour le gain. Au-dessus, il y a trop de bruit. ensuite, traitements Registax, et enfin trichromie et finitions Photoshop.

Mars PlaMx B5x N2001000 20120315

Ensuite, j'ai vu que Saturne n'était pas si loin de pointer le bout de son nez. En attendant, j'ai tenté un pointage sur M65 et M66, mais j'avais une mise en station pitoyable et un suivi chaotique. Je ne pouvais pas dépasser 2 ou 3s de pose. donc je n'ai pas insisté. Enfin Saturne est arrivée. Je l'ai filmée uniquement pour le fun. Elle était juste à quelques degrés au-dessus de l'horizon, entre les cheminées des voisins... C'est ma première Saturne de l'année (et j'espère pas la dernière !!!). J'ose imaginer que j'aurai de meilleurs résultats la prochaine fois, à condition d'attendre suffisamment son ascension dans le ciel...

Saturne PlaMx N2001000 20120315

A la prochaine pour de nouvelles aventures...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 06:55

Avec le retour d'une météo plus encline à l'astronomie, je décide de sortir l'engin. Comme Mars est en bonne position en première partie de soirée, ce serait dommage de passer à côté. Ce n'est pas le sujet le plus facile en planétaire. Elle est petite, et sa faible atmosphère en fait un sujet plutôt flou avec de faibles diamètres. Mais si on réussit les acquisitions, c'en est d'autant plus gratifiant.

De plus, je voulais refaire des vérifications sur ma monture qui me joue des tours depuis quelques temps. Sur les déplacements très rapides, les engrenages sautent. Le bruit est des plus désagréables et, la raquette de commande se basant sur les impulsions envoyées aux moteurs pour se situer sur le ciel et non avec des encodeurs de position séparés, la monture perdait rapidement sa position précise. Donc impossible de faire une mise en station avec la raquette de commande.

Donc, pour la soirée, au lieu de me servir de la batterie 12V/24Ah de d'habitude, j'ai utilisé un coffret d'alimentation 12V/5A. Du coup, cette fois-ci j'ai du sortir la rallonge 220V pour alimenter le tout. Dans le jardin, ça ne gène pas, mais si je pars en pleine campagne, je devrai trouver autre chose.

Après avoir monté l'instrument sur la monture et fait une collimation du tube, je fais une mise en station au viseur polaire. J'aurais bien tenté une mise en station supplémentaire (et plus fine) à la raquette, mais il y avait une bonne couche de brume juste au-dessus de ma tête m'empêchant de voir la plupart des étoiles nécessaires à la mise en station. La bonne nouvelle, c'est que la plupart du temps ça stabilise les basses couches de l'atmosphère, donc moins de turbulence. Mais la mauvaise nouvelle, c'est que la pollution lumineuse masque la quasi totalité du ciel. Cela ne m'a posé de problème pour Mars, mais exit le ciel profond.

Ensuite, démarrage du PC pour les acquisitions. A l'oculaire, je confirme la plutôt bonne stabilité de l'atmosphère. Même avec une barlow 5x et un oculaire de 15mm sur le Newton 200/1000 (grossissement de 333,33x), Mars ne danse pas le rock... Et là, c'est le drame... Si une quelconque personne dela société I-Nova me lit, sachez que, si les performances de la caméra PLA-Mx ne sont plus à démontrer, sa connectique est une grosse m... !!!! Avant même de réussir une première acquisition, j'ai du débrancher et rebrancherla caméra et réinstaller le driver au moins une bonne dizaine de fois. Dès que la caméra est manipulée, le connecteur USB à l'arrière bouge, ce qui fait perdre la communication et donc fait planter le logiciel... Sous peu, je vais perdre la garantie de la caméra car je vais souder directement le câble à l'arrière de la caméra et virer ce connecteur à deux balles. En attendant, si vous avez de meilleures solutions, je suis preneur !!

N'ayant pas encore remis en place le moteur de mise au point je pleure encore et toujours quand je dois faire une mise au point. C'est le défaut des newtons. Le maximum du poids est aux extrémités, loin du centre de gravité. Le moindre effleurement provoque des vibrations importantes. Heureusement que le porte-oculaire a une molette démultipliée 1:10, sinon je pense que je n'aurais jamais réussi à faire une mise au point correcte. De plus, je dois arriver en limite de poids autorisé sur la monture, ce qui n'arrange pas les choses. En tout cas, l'utilisation du coffret d'alimentation m'a permi de vérifier mon petit soucis de monture. Comme j'ai pu le lire sur plusieurs forums, l'alimentation de la monture n'est pas un point à négliger. Je n'ai eu aucun problème de pointage et de suivi ce soir. La batterie devait être un poil trop faible, ne pouvait délivrer le courant nécessaire pour les moteurs, ce qui les faisait "sauter". Voici donc un soucis de réglé. Quand j'aurai un peu de temps et d'argent, je pense que je ferai tout de même une petite mise à niveau de la monture. Au magasin Pierre-Astro, ils vendent des kits rondelles+roulements pour remplacer les existants, permettant un meilleur suivi et une erreur périodique plus faible. De plus, il est conseillé de remplacer la graisse utilisée initialement pas une de meilleure qualité, pour plus de fluidité.

Au niveau acquisitions, j'ai tenté plein de choses. J'ai fait une première série rouge, vert, jaune et bleu sans filtre IRcut, et une deuxième série avec. A l'acquisition, plus de contraste et une facilité accrue de mise au point avec le filtre IRcut. La formule gagnante (sans surprise...) est le filtre IRcut et le filtre rouge. Normalement, le filtre dédié pour Mars tire plus sur le orange, mais je n'en ai pas. Et avec le filtre jaune pas de gain particulier. Plutôt un risque de saturer plus rapidement le globe et moins de contraste. Donc moins intéressant. Toutes les acquisitions sont faites avec barlow 5x et le newton, avec le logiciel PLx Capture. Les traitements avec Registax 5.1 et les finitions avec Photoshop. J'ai tenté de cumuler la barlow 2x et la 5x. Pour rien... On dépasse le pouvoir de résolution max du tube. Donc que du flou... Au final, deux séries gardées, une avec et l'autre sans le filtre IRcut pour une petite comparaison.

MarsRGB PlaMx B5x N2001000 20120313

Pendant les acquisitions, je voyais principalement une bande sombre en haut avec la clalotte glacière, et au centre du globe un peu vers la droite quatre taches blanches en carré. Grâce aux traitements, je peux admirer la météo nuageuse marsienne... ;))))

Au niveau de la géologie de Mars, je n'ai pas de carte sous la main. Je ne pourrai donc pas vous nommer les formations visibles. Vous devrez vous contenter de la simulation de Cartes du Ciel.

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 22:52

La nuit était claire et glaciale. J'ai voulu tenter quelque chose... Tout d'abord j'ai un soucis d'entrainement moteur principalement sur l'axe AD. C'est peut-êtr du à un déséquilibre du tube ou à un surpoids. De plus, suite à la recollimation du laser, je voulais vérifier son efficacité retrouvée. Et Mars commence à pointer le bout de son nez à des heures de plus en plus raisonnables... De quoi s'occuper encore quelques heures dehors.

En début de nuit, le ciel était très clair, et la température très basse. après la mise en station au viseur polaire (suffisant pour ce que je veux faire pour l'instant), j'ai vérifié la collimation. Puis, j'ai tenté un alignement de la monture avec la raquette goto. Et c'est là que ça se gâte. Un peu avant, j'avais démonté le moteur de mise au point pour faire des modifs dessus. Comme il n'était pas encore remonté, j'ai estimé qu'on gagnait au niveau équilibrage de la monture. Erreur !!! J'avais monté le tube en intérieur pour faire des essais de pointage automatique, sans le moteur de mise au point pour voir si c'était un problème de poids. Pas de soucis particulier. Le pointage se faisait sans accrocs. Une fois dehors, dans le froid, en conditions réelles, plus moyen de faire des pointages corrects. Après plusieurs tests, ce serait apparemment un soucis entre la vis sans fin et la roue dentée sur l'axe AD. Je vais être obligé de démonter toute la monture pour voir le problème. En tout cas, impossible de faire l'alignement à la raquette. Donc pas de pointage automatique. Pour cette fois-ci, ce n'est pas bien grave puisque mes cibles sont suffisamment faciles à pointer.

Je me suis d'abord occupé de Jupiter qui plongeait rapidement vers le cerisier du voisin. Je voulais faire de la couleur. Donc minimum trois films corrects. Hélas, entre les cheminées des voisins et l'absence du moteur de mise au point (on s'habitue extrèmement vite au confort !!!), j'ai perdu beaucoup de temps, et je n'ai finalement gardé qu'un seul film valable avec la barlow 5X. Tous les autres donnent de la soupe. Caméra PLA-Mx avec filtre IrCut et barlow 5X, capturé avec PlxCapture, traité avec Registax 5 et finalisé avec Photoshop. Il en est de même à la barlow 3X. A droite on peut apercevoir Europe et un peu plus loin à la barlow 3X, on aperçoit aussi Io.

JupiterN2001000 10022012

Comme je voulais imager Mars, mais que la planète rouge n'était pas encore "dispo", je me suis rabattu en attendant sur M42. J'ai retenté des poses sur le coeur pour voir ce que je pouvait tirer de la caméra. J'ai fait deux tests. Une série de poses à 2s de durée, et une autre série à 4s. Sur la première série, j'ai cumulé 50 poses. On a alors une pose de 1'40" de pose.

Orion100s N2001000 10022012

Sur la deuxième série, j'ai gardé 150 poses de 4s. On a un coeur posé à 10'.

Orion600s N2001000 10022012

Quand j'aurai une mise en station aux petits oignons et un suivi digne de ce nom, je tenterai des poses plus longues. Pour les traitemens, j'ai utilisé IRIS et Photoshop pour la finalisation.

Enfin, Mars accepte de se montrer. Encore basse, elle danse sur le capteur. Après Orion, je suis repassé à la barlow 5X. Du coup, avec la forte focale et sans la mise au point motorisée, pas facile d'obtenir une bonne mise au point entre les pics de turbulence. Voici donc le meilleur résultat de la soirée.

MarsN2001000 10022012

On verra ce qu'on peut faire un peu plus tard dans la saison. Mais il faut d'abord que je règle quelques petits détails techniques... Remettre en état une monture au suivi malade, une mise au point motorisée à nouveau opérationnelle. Un beau programme en perspective...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 12:02

Aujourd'hui je reviens sur la colllimation de mon laser ...... de collimation. J'ai donc suivi la méthode que j'ai trouvé sur internet : placer le laser sur un support qui permette de le faire tourner autour de son axe et d'avoir une distance suffisante entre le laser et la cible pour avoir une bonne précision de réglage. On peut voir le montage sur la photo suivante :

CollimLaser

Avec une échelle pliable et trois serre-joints, le tour est joué. L'échelle permet d'avoir une distance suffisante avec le sol. J'ai choisi d'opérer en position verticale. Comme ça, on évite les flexions, et on peut tourner autour facilement. Pour fixer le laser, j'ai utilisé la bague de réduction 2po vers 1,25po du porte-oculaire du Newton, prise dans un serre-joint. Cela garantit la bonne tenue du laser.

CollimLaser2

Une fois le laser mis en place, on l'allume et on note l'emplacement du premier point. On tourne le laser de environ 120° et on note le nouveau point, puis rebelotte une troisième fois. Au final, si le laser est collimaté correctement, on n'a qu'un seul point. Par contre, si ce n'est pas le cas, on obtient un joli triangle. Plus ce triangle est grand, plus le travail à faire est important. Pour obtenir le point à viser, il faut effectuer quelques tracés. La cible finale est le centre du cercle qui passe par les trois points de départ. On obtient le centre de la façon suivante :

Triangle cerclecirconscrit

Donc, sans retirer le laser de sa position, on agit sur les trois vis de réglage du laser pour amener le point au centre du cercle. Quand cette opération est terminée, le laser peut être utilisé sans soucis pour collimater vos instruments.

Repost 0
Published by jt-astro - dans Tutoriaux
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 21:44

La semaine dernière je cherchais des infos sur la collimation du porte-oculaire, car j'avais des doutes sur son bon positionnement. J'avais remplacé celui d'origine (crémaillère) par un crayford avec démultiplication, mais je l'avais juste monté simplement sans vérification d'alignement. Et comme je n'arrivais pas à obtenir de véritables images correctes malgré mes tentatives de collimation, je me suis dit que ce porte-oculaire pourrait être le fautif. Ces recherches m'ont amené sur un sujet fortement lié qui est la collimation du laser de collimation. J'utilise essentiellement cet outil pour faire la collimation par commodité, et parce que la vérification sur une étoile ne m'a jamais donné vraiment de bons résultats. Normalement on doit de toute façon finir sur une étoile, même avec de fins réglages au laser... Pour mes exigences actuelles le laser me suffit. Or, dans les articles sur lesquels je suis tombé, les auteurs annoncent que leur laser n'était pas collimaté. Forcément, ça aide beaucoup moins pour régler l'optique... Du coup, j'ai vérifié le mien, et bien m'en a pris, car j'étais complètement dans les choux !!!
La méthode est simple. On bloque le laser avec un étau par exemple pour viser une feuille à au moins 50cm (l'idéal est de s'approcher de deux fois la longueur du tube, du fait de l'aller-retour dans le tube Newton, sachant que plus on est loin, plus ce sera précis), et on marque le premier point. Ensuite, on tourne le laser sur son axe de environ 120°, et on marque le nouveau point, et rebelotte en tournant encore de 120°. Si le laser est correctement collimaté, on n'obtient qu'un seul point. Moi, j'avais un très beau triangle... Il faut ramener le point du laser au centre du triangle tel que ce point est le centre du cercle circonscrit au triangle (les trois sommets du triangle appartiennent au cercle). On trace les trois médiatrices des trois côtés, et le point d'intersection est le point à viser. Il ne reste plus qu'à régler le laser sans le bouger. J'ai donc dégrossi la collimation avec cette méthode (je vérifiais simplement... Il faudra que j'affine les réglages), ce qui m'a permis de reprendre la collimation du Newton. Et j'ai pu voir la différence. A la dernière session, j'avais un gros soucis de réglage car cette fois-ci, les détails sur Jupiter étaient beaucoup plus fins, directement à l'écran, malgré la turbulence, plus ou moins équivalente à la dernière fois.
Le temps passait tout de même bien vite et je voulais refaire des tests sur M42. Du coup, j'ai passé peu de temps sur Jupiter. Au vu des résultats, j'aurais peut-être du m'attarder un peu plus...

Acquisition PLX-Capture, traitements Registax 5.1, finitions légères Potoshop. Deux essais avec et sans le fitre IRCut. Bien que ce filtre soit sensé aider pour la mise au point, personnellement, je préfère le résultat sans...

Jupiter14012012 B5xN2001000

A propos de PLX-Capture, beaucoup de gens se sont plaint régulièrement de ses plantages. J'ai peut-être une piste qui n'est pas liée directement au logiciel... Cette caméra est reliée au PC par un câble USB. Or, sur la caméra, le connecteur n'est pas ce qui se fait de mieux en terme de maintient de la prise. Cette prise a tendance à bouger avec le câble. D'après mes tests, chaque fois que le câble a bougé, le connecteur bougeait, et je perdais la communication avec la caméra, ce qui fige l'affichage. On n'a plus qu'à arrêter et relancer le logiciel, ce qui réinitialise la communication... Je vais voir à bloquer ce câble et cette prise pour quil n'y ait plus de soucis. Si les concepteurs cherchent un truc à faire évoluer sur cette caméra, virez la prise sur la caméra et faites sortir directement le câble. On devrait y gagner des broutilles en terme de prix et beaucoup de stress en moins à l'utilisation.

Après Jupiter, je me suis tourné vers M42. Je voulais refaire des tests, mais cette fois-ci à moindre focale. J'ai d'abord tenté le réducteur 0,5x sur le Newton. Impossible de faire la mise au point. Du coup, j'ai sorti la lunette, une Antares 80/480 achromatique. C'est plutôt une lunette de suivi qu'une lunette de prise de vue. Mais on fait avec ce qu'on a... Donc toujours la PLA-Mx avec filtre CLS (ben oui, la ville ne coupe toujours pas ses lampadaires la nuit...) au foyer de la lunette. Quelques tests "rapides" (si on peut dire ça en ciel profond...) à 2s de pose avec des valeurs de gains faibles et moyen à fort pour voir ce que ça donne. Le résultat est très bruité, et pas mal de points chauds apparaissent malgré les 2s. La dernière fois, je n'avais pas eu ces soucis. Ensnuite, j'ai poussé à 5s avec un gain moyen. Toujours les points chauds, mais je n'avais pas oublié de faire un Dark (cela permet de corriger ces problèmes de points chauds). J'ai tenté directement une mosaïque de quatre images, pour englober un maximum du sujet. 50 images retenues à chaque fois, traitement IRIS (donne de meilleurs résultats que Registax) et finalisation Photoshop.

M4214012012 L80480 250s

(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

 

Ensuite, pour le fun, j'ai poussé à 10s de pose sur le coeur...

M4214012012 L80480 500s

Je crois que je vais essayer de pousser encore plus la prochaine fois, mais il faudra que je peaufine la mise en station. A 10s de pose, on ne sent pas encore trop la dérive. Mais au-delà, je ne sais pas ce que ça aurait pu donner... En plus, la nuit glaciale avait fini par avoir raison de ma motivation. J'ai préféré en rester là pour l'instant.
Pour ce qui est de la caméra, tous ces résultats me confortent dans mon choix. Elle est suffisamment polyvalente et accessible pour en faire un outil d'acquisition sérieux. Par contre, si on travaille dans un seul domaine (ciel profond, Halpha...) elle risque de ne pas correspondre aux attentes... En ce qui concerne la lunette, elle montre quelques limites en terme de qualité optique, surtout sur la ponctualité des étoiles. Comme dit plus haut, on fait avec ce qu'on a, et mon site d'observation (le jardin en l'occurence) n'est pas franchement optimisé pour le ciel profond... Donc pas de regret.

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 23:13

Suite de mes essais sur la caméra PLA-Mx. Je me suis concentré cette fois-ci sur le Halpha. Je verrai la prochaine fois à voir en plus la lumière blanche si j'ai le temps. Pour cette séance, j'ai eu un meilleur visu sur les protubérances. Il y avait d'ailleurs un groupe assez virulent.

Contrairement à la webcam, avec cette caméra sur le PST pas moyen d'avoir le globe ET les protus en même temps. Ou alors les protus sont très très faibles. au prochain coup, je saturerai un poil plus le globe pour voir.

Donc tout d'abord une mosaïque de 4 images sur le groupe de protus.

PSTHalpha04012012Mosa1
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Acquisition PLX Capture, traitements Registax, finitions Photoshop

FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ImageDimensions={Width=640, Height=480}
Resolution=FULL
ReadoutMode=16,NORMAL
Gain=1
ExpTime=33ms

Voici ensuite une association globe+protus. J'étais parti pour faire simplement une mosaïque sur le globe. Mais au traitement, je me suis aperçu de la présence des protus. Du coup, j'ai fait un traitement en deux couches. Une normale pour le globe, et une un peu plus poussée sur les niveaux pour réhausser les protus.

PSTHalpha04012012Mosa2
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Acquisition PLX Capture, traitements Registax, finitions Photoshop

FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ImageDimensions={Width=640, Height=480}
Resolution=FULL
ReadoutMode=16,NORMAL
Gain=1
ExpTime=6ms

Enfin, une dernière mosaïque simplement du globe où je retrouve mon fameux défaut de la webcam, cette zone plus ou moins floue sur le bord de l'image. On la remarque au miliue bvers le haut. Mon raccord entre la caméra et l'oculaire ne devai pas être efficace à 100%. C'est un point à retravailler...

PSTHalpha04012012Mosa3
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Acquisition PLX Capture, traitements Registax, finitions Photoshop

FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ImageDimensions={Width=640, Height=480}
Resolution=FULL
ReadoutMode=16,NORMAL
Gain=1
ExpTime=6ms

Et c'est tout pour cette fois-ci. Du peu que j'ai pu tester, je suis déjà très content de cette caméra. Jusqu'à présent elle tient toutes ses promesses. Elle ne me fait pas regretter son investissement.

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 22:55

Suite de mes essais de la caméra PLA-MX. Cette fois-ci une éclaircie s'est présentée le soir. Je ne pouvais pas passer à côté. J'ai pu faire des tests sur la Lune, Jupiter et M42. De quoi s'occuper pendant un bon moment.

Tout d'abord Jupiter. Rien d'exceptionnel... La planète est en chemin pour nous quitter prochainement. Elle est à son zénith tôt dans la soirée, et s'éloigne de nous. Donc elle a un diamètre apparent de plus en plus faible. Du coup, on perd en résolution. De plus, mes voisins ont eu la bonne idée d'allumer leur cheminée... Quelle idée !!! En hiver en plus !! ;))) Donc turbu plus sujet petit donne un résultat perfectible...

T20002012012Jupiter

Les acquisitions sont faites avec PLX Capture, le logiciel de la caméra, et les traitements avec Registax 5.1, finitions sous Photoshop CS3.

FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ImageDimensions={Width=640, Height=480}
Resolution=FULL
ReadoutMode=16,NORMAL
Gain=1
BlackLevel=0
FilterWheel=
Filter= (slot 0)
Origin=PlxCapture 2.2.3.45


Barlow 5X :

BeginRec=2012-01-02T21:57:27.953
EndRec=2012-01-02T21:57:58.015
ExpTime=103ms
SavedFrames=288 (buffered)

Barlow 3x :

BeginRec=2012-01-02T22:34:54.812
EndRec=2012-01-02T22:35:24.812
ExpTime=33ms
SavedFrames=883 (buffered)

On sent que la caméra veut nous montrer des choses, mais les conditions ne le permettent pas...

Sur la Lune, tout d'abord j'ai tenté en fin d'après-midi un coup d'oeil avec la lunette 80/480. Beaucoup de lumière au foyer. Une mosaïque de deux images. Bien que le soleil soit encore présent, beaucoup de détails apparaissent. Je n'ai pas pu tenter de grossissments car un banc de nuages menaçants arrivait. Ce n'était qu'un passage pour nettoyer le ciel pour le soir... ;)))

L8048002012012Mosa1
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

De base au démarrage, Plx Capture se positionne en 8 bits. J'ai donc acquis le premier film en 8 bits, par oubli... A moins d'être obligé de rester en 8 bits pour des questions de débit, je préfère profiter pleinement des capacités du capteur en 12 bits. Du coup, le deuxième film, qui est l'un des deux pour la mosaïque du dessus a été acquis en 12 bits. Voici la comparaison. Le traitement est identique...

L8048002012012Compare8-12bits
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Le soir, c'est avec le newton 200/1000 que j'ai fait les acquisitions, avec barlow 5X puis 3X. Pour la première mosaïque, j'ai réduit à 50% pour un résultat un peu plus propre. Les autres sont à la taille d'acquisition. Beaucoup de turbu présente et rapide, impossible d'avoir une mise au point parfaite. Les images sont ici principalement pour estimer la qualité du capteur. Je ne pense pas que j'aurais eu ces résultats à la webcam.

T20002012012Mosa2
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

T20002012012Mosa3
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

T20002012012Mosa4
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

T20002012012Mosa5
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Au passage, une petite tentative sur Clavius qui pointait le bout de son nez...

T20002012012Clavius
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Il faudrait peut-être retenter les traitements avec Avistack. Il pourrait peut-être mieux corriger les effets de la turbulence.

Enfin, j'ai gardé le meilleur pour la fin : M42 !! Il y a bien longtemps, j'avais fait modifier ma toUCam 3 pour y mettre un capteur noir&blanc. Cela avait permis plus de sensibilté. J'avais donc osé, grace à la modif de driver qui permettait des poses d'une seconde max, filmer le coeur de M42, célèbre nébuleuse d'Orion. J'avais obtenu un résultat honnète compte tenu des conditions d'acquisition. Je me suis donc permi de retenter l'expérience en espérant avoir, là aussi, au moins quelque chose d'honnète... J'ai eu du mal à croire ce que je voyais à l'écran... En une pose, j'avais bien meilleur que ce que j'avais composité avec la webcam. Renversant, surtout pour une caméra estampillée "planétaire" !!! J'ai d'abord fait deux ou trois tests pour voir ce que je pouvais faire. La caméra est au foyer du newton. J'ai fait des poses de 1s pour 100 images. A chaque fois (traitement IRIS), je n'ai gardé que les 50 meilleures. Le premier film est direct, le deuxième, j'ai rajouté un filtre CLS, et le troisième, j'ai en plus posé 2s.

PLA-MxCompareFiltreCls
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Ensuite, j'ai coché la case binning 2x2... Magique !!! Encore plus de sensibilité. Par contre, on perd sur la taille de l'image. Il y a un compromis à faire. Du coup, vu la taille de l'objet par rapport à mon capteur, je me suis tenté une mosaïque... Il faut être patient !!! Un peu plus de trois minutes par film à corriger le suivi car la mise en station n'était pas top, et le vent glacial rajoutait son grain de sel par petites brises. Il faut dire qu'avec toutes modifs que j'ai faites le newton commence à titiller les limites de ma monture. Je vais de ce pas écrire une lettre au Père Noël !!! ;))))
Au final, 6 films pour avoir ce résultat...

T20002012012PLA-MxM42
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Pour tous les films, voici les caractéristiques :
FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ExpTime=2000ms
ImageDimensions={Width=320, Height=240}
Resolution=BIN
SavedFrames=100
ReadoutMode=16,LOW
Gain=565

voilà, c'est tout pour cette fois-ci. Si je peux, je retenterai M42 mais cette fois-ci avec un réducteur de focale ou avec la lunette 80/480. Moins de focale donc plus de lumière et un champ plus large... A voir...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 17:48

Hier enfin une éclaircie suffisante. Le père Noël m'a envoyé un gros cadeau, et j'étais impatient de le tester. C'est chose faite. Première impression, je voyais ça plus gros. C'est à peine plus gros que ma webcam mais par contre beaucoup plus lourd. Achetée en ligne chez www.astroshop.de, la caméra est livrée avec un cable USB et l'adaptateur pour porte-oculaire en 1,25 po, ainsi qu'un CD avec les pilotes et logiciels nécessaires à son fonctionnement. Sans oublier un petit sachet de bonbons Haribo... Sans doute pour tenir le coup la nuit pendant les acquisitions... ;))) Sympa de leur part.

PLA-Mx

Première note négative, l'installation des logiciels et pilotes est quelque peu rébarbative. Beaucoup de choses à installer pour une caméra. Pas trop l'habitude avec la webcam... Une fois passée cette étape par contre, que de bonnes choses...

La caméra donne une bonne impression de solide, le filetage de l'adaptateur est bien fait, pas de soucis pour visser un filtre. Le cable USB semble tout de même un poil juste en longueur. Sur ma petite monture de voyage, la caméra déséquilibre rapidement la lunette 80/480, qui était déjà limite. J'ai pu faire des acquisitions au foyer mais pas plus. La moindre barlow rajoutait trop de poids côté porte-oculaire.

Par contre la sensibilité est incomparable avec la webcam... On est sur le même format de capteur (640x480, taille des pixels à 5,6µm), mais la sensibilité est sans commune mesure. Au foyer de la lunette, sans gain et avec une exposition minimale, le capteur saturait. Il a fallu rajouter un IrBlock et un filtre vert N°56. J'ai fait une mosaïque de deux zone intéressantes sur le globe. Il s'agissait uniquement de faire des tests de capture. Je ferai des mosaïques du globe complet plus tard...

L80480LBFoyerPLA-Mx29122011
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Les acquisitions sont paramétréees en 12 bits et sur 30 secondes. Je voulais tester le débit de cette config caméra+PC (DELL Latitude D520, Centrino duo T5500 1,6 GHz, 2 Go RAM, WinXP SP3). Avec PLX Capture, j'ai testé le mode buffering. Il capture en RAM et à la fin, transcrit le film sur le disque dur. Les tests donnent un maximum d'environ 2100 images capturées en RAM en 12 bits. Lors des acquisitions le PC a plafonné à 29 images par seconde. Donc je pourrais potentiellement faire des films d'une minute sans soucis en 12 bits dans ce mode. Il faudrait que je teste en acquisition directe sur le disque dur interne et sur un externe pour voir les différences. Je pense que le mode le plus performant en terme de rapidité est le mode buffering. Les temps de latence en écriture et en lecture sont sensés être au minimum en RAM et augmenter sur un disque dur interne, et encore plus sur un externe. Mais seuls des tests me le confirmeront.

Ensuite je suis passé au Halpha. Je me suis retrouvé confronté au même problème qu'avec la webcam. Impossible d'atteindre le foyer directement. Idem avec les barlows. Physiquement on est sur un emplacement du capteur sensiblement équivalent. Sur la caméra, le capteur, à cause de l'adaptateur porte oculaire un peu plus long, est plus éloigné du plan focal du PST. Donc ça n'arrange pas les choses... Le plan focal du PST est trop interne au PST. Et je ne peux actuellement pas retirer une des bagues du porte oculaire du PST pour gagner de la distance car chaque bague est équipée d'un filtrage... Les retirer nuirait sûrement à l'image obtenue. Donc je me suis rabattu sur la méthode appliquée à la webcam, la projection par oculaire. Mais je redoutais de retrouver les mêmes défauts optiques. Avec la webcam, seul le centre de l'image est réellement exploitable. Tout le tour est progressivement flou et hors bande Halpha. Je pense que c'est du à la projection... J'ai donc installé la caméra, et là surprise, pas de défaut apparent... De plus, sensiblement plus de contraste sur le globe. Le 12 bits doit y être pour quelque chose. Je ne m'attarderai pas trop sur les protubérences car le ciel tendait vers le blanc laiteux, donc perte de luminosité sur les protus. Enfin, une visu en direct live à cadence élevée. Avec la webcam, quand on ne filmait pas, la visu devait être raffraichie max à 5im/s. Ici, on a un live à au moins 25 im/s. Beaucoup plus simple pour régler la MAP et les paramètres de prise de vue. De plus, l'ergonomie de PLX Capture, le logiciel de prises de vues, est très bonne. Avant j'utilisais IRIS pour les prises de vues et la fenêtre de propriétés de la webcam pour les réglages. Que des petites fenêtres à ouvrir et fermer pour faire des acquisitions. Ici tout est au même endroit.

PSTHalphaPLA-Mx29122011
(Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Je n'étais pas installé au mieux mais j'ai tout de même pu apprécier les qualités d'acquisition de la caméra. Une turbulence assez importante et rapide était présente. Les résultats en pâtissent. Les images manquent quelque peu de finesse. De plus, j'ai un gradient de luminosité plus ou moins présent sur les images, ce qui pose des soucis pour les raccords. Et ce, bien que j'aie effectué une PLU. Je vais avoir encore d'autres tests à faire à ce sujet avant de pouvoir affirmer quoi que ce soit. C'est un problème que je n'avais pas avec la webcam. En tout cas, plusieurs filaments, et plusieurs taches étaient présents pour inaugurer l'événement... ;)))

Ci-dessous se trouvent les fichiers de paramétrages créés par l'application au moment de la capture. Les différents films ont été traités avec Registax 5 qui lit les fichiers SER en natif. Pas de conversion à effectuer. La finition a été faite avec Photoshop CS3. Je n'ai gardé que les films qui donnaient quelque chose de correct. Notamment les films des protus n'ont pas été gardés car peu dignes d'intérêt et de qualité.

FileFormat=SER
Camera=i-Nova PLA-Mx
ImageDimensions={Width=640, Height=480}
Resolution=FULL
ReadoutMode=16,NORMAL
Gain=1
BlackLevel=0
FilterWheel=
Filter= (slot 0)
Origin=PlxCapture 2.2.3.45

Film 1 : Lumière blanche
BeginRec=2011-12-29T11:55:19.921
EndRec=2011-12-29T11:55:50.015
ExpTime=3ms
SavedFrames=876 (buffered)

Film 2 : Lumière blanche
BeginRec=2011-12-29T11:56:42.687
EndRec=2011-12-29T11:57:12.687
ExpTime=3ms
SavedFrames=878 (buffered)

Film 4 : Halpha
BeginRec=2011-12-29T12:17:20.546
EndRec=2011-12-29T12:17:50.546
ExpTime=8ms
SavedFrames=872 (buffered)

Film 5 : Halpha
BeginRec=2011-12-29T12:19:39.187
EndRec=2011-12-29T12:20:09.187
ExpTime=8ms
SavedFrames=866 (buffered)

Film 9 : Halpha
BeginRec=2011-12-29T12:30:05.343
EndRec=2011-12-29T12:30:35.343
ExpTime=9ms
SavedFrames=869 (buffered)

Film 10 : Halpha
BeginRec=2011-12-29T12:30:57.203
EndRec=2011-12-29T12:31:27.203
ExpTime=9ms
SavedFrames=865 (buffered)

Film 13 : PLU Halpha
BeginRec=2011-12-29T12:37:26.750
EndRec=2011-12-29T12:37:56.750
ExpTime=8ms
SavedFrames=864 (buffered)

Vivement une prochaine éclaircie pour d'autres tests...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 23:28

Lors de mes acquisitions du 18/11/2011, j'en ai profité pour saisir Jupiter avec la plupart des grossissements à ma disposition, soit au foyer, barlow 2x, barlow 3x, barlow 5x, et l'association de la barlow 2x et de la barlow 3x. A partir de ces acquisitions, je pouvais donc mesurer les grossissements résultants.

Il faut savoir qu'une barlow, la plupart du temps, ne donne pas la même focale résultante pour une webcam ou utilisée avec un oculaire. La preuve ici. Le principe est simple. On mesure d'abord le globe pris au foyer. Ce sera notre référence. Il suffit ensuite de mesurer les globes pris avec les grossissements différents pour en déduire les focales résultantes. voici les résultats :

                             Taille          Focale           Grossissement    Rapport F/D
                          en pixels    résultante             résultant             résultant
Foyer                      43         1019.89mm               x1                        5.1
Barlow 2X            101         2395.55mm              x2.35                 11.98
Barlow 3X            148         3510.31mm              x3.44                 17.55
Barlow 5X            238         5644.96mm              x5.53                 28.22
Barlow 2X+3X      351         8325.14mm             x8.16                 41.63

On remarque tout de suite que la webcam semble booster les performances des barlows...Sur plusieurs forums ou sites, on peut lire qu'on peut, avec une webcam ou la plupart des caméras astro, pousser le rapport F/D au moins à 30 voire plus. Donc je considère que le montage avec une barlow 5x reste valide, mais que l'association de la 2x et la 3x réclame des conditions exceptionnelles pour espérer obtenir quelque chose de correct.

Voyons maintenant le point de vue mathématique de la chose. Comment suis-je arrivé à ces calculs ?
Tout d'abord, la résolution du capteur qui est la relation entre la taille d'un pixel sur le capteur et la focale résultante (incluant toutes les optiques de grossissement ou de réduction) est la suivante :

r = arctan(p/F)

où p est la taille d'un pixel du capteur en millimètres et F la focale résultante de l'instrument. Le résultat est en radians. De plus, le résultat étant très petit, on peut approximer arctan(x)=x. Du coup, si on passe le tout en degrés, on a :

     180 * p
r = ---------
       Pi * F

Ou, si on passe en arcsecondes de degrés (parce que le résultat est très petit) :

                  180 * p
r = 3600 * ---------
                    Pi * F

Dans le cas de ma webcam (Philips SPC900), p=0.0056mm. Donc :

      1155.083
r = -------------    (1)
             F

D'autre part, pour un objet qui mesure n pixels sur une image, et avec un diamètre apparent DA (à noter à partir des données de Cartes du ciel à la date et heure de visualisation), on a un pixel qui couvre un angle :

a = DA / n avec DA en secondes d'arc et n le nombre de pixels

Or, a représente la résolution d'un pixel... De ce fait, en mettant les deux équations face à face, on a :

      1155.083           DA
r = ------------- = a = -----
              F                    n

A partir des valeurs de DA et n, on veut obtenir F, donc :

       1155.083 * n
F = ------------------    (2)
                 DA

Cette formule m'a permis de remplir la colonne "focale résultante". Le grossissment résultant est obtenu en divisant le résultat de la ligne en court par le résultat de la première ligne. Et le rapport F/D (Focale sur diamètre) me parait évident... Si, si, regardez bien... ;)))) C'est ce qu'on appelle le rapport d'ouverture. Plus il est faible, plus l'instrument est ouvert. Donc, pour un diamètre donné, il collecte plus de lumière, mais a une focale plus faible donc grossit moins. Plus on est ouvert (moins de 10), plus on s'oriente vers les objets faibles du ciel profond, et plus on est fermé (plus de 10), et plus on vise les planètes. F/D de 10 permet une bonne polyvalence.

Ces formules sont à adapter à votre matériel (taille de pixel pour votre caméra, focale de l'instrument...)

Repost 0
Published by jt-astro - dans Tutoriaux
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 23:24

Après une bonne dernière journée de boulot de la semaine, rien de tel qu'un ciel prometteur pour se motiver à sortir le matériel !!!
En plus, je viens de remettre en route la mise au point motorisée. C'est l'occasion de la retester sur le terrain. Je ferai un article prochainement sur les modifications du télescope.

Une fois le p'tit bonhomme au chaud sous sa couette, je pars installer le matériel dans le jardin. Le ciel est plutôt clair dans son ensemble, malgré quelques voiles de haute altitude et des trainées d'avions.
La mise en station est plus que sommaire, mais suffisante pour ce que je veux faire. Le goto ne sera pas utilisé puisque Jupiter brille comme un phare dans la nuit, et c'est le seul objet visé ce soir. De plus, je manque d'étoiles repères pour finaliser la manoeuvre. Ensuite, un coup d'oeil sur la collimation, qu'il faut une fois de plus refaire... Vivement le poste fixe !!! Et hop, je me lance...

Directement, je fais les acquisitions en couleur. Je n'ai pas oublié de basculer cette fois-ci. Par contre, je ne ferai pas de trichromie (séparément les filtres rouge, vert et bleu) car un nouveau soucis fait surface. Je l'ai eu la dernière fois, et c'est ce qui avait clôturé ma session. Pour une raison inconnue, le tube arrête de suivre le sujet, et part dans les choux. Je regarde d'abord la batterie qui alimente la monture. 10,9V... Trop peu je pense pour un suivi correct. Je vais en chercher une neuve, et après un autre film, rebelotte !!! Là, il y a un soucis !!! Cela concerne apparemment uniquement l'axe d'ascension droite. Bêtement, je vérifie l'équilibrage, et là, c'est le drame !!! ;))) Je suis complètement dans les choux. Je replace les contrepoids au max. Ca compense en partie mais pas totalement. Ca suffira pour ce soir, mais je vais devoir encore trouver une bricole pour ça. Il faut que je fasse un point sur les poids que je mets sur la monture car je pense que je vais bientôt arriver à la limite de la monture... :((( Cela ne m'arrange pas du tout !!! En tout cas, pour le reste de la soirée, la monture ne me fait pas défaut.

Je mets directement la barlow 5x avec filtre IRcut, puis je retire ce dernier pour comparer. Au niveau mise au point, pas de changement particulier. Par contre, je gagne en luminosité. Donc le filtre retourne dans sa boite... J'enchaine les films en modifiant la mise au point pour essayer d'obtenir la meilleure possible. Mais la clarté moyenne du ciel ne m'aide pas. Peu de turbulence, donc je tente un autre montage pour le fun : Webcam+Barlow2x+Barlow3x. Jupiter remplit quasiment tout le capteur. Ca va pas être simple s'il faut corriger le suivi. Mais tant pis, comme j'ai dit, c'est pour le fun, pour voir ce que ça peut donner en poussant plus sur le grossissement. A retester peut-être par une nuit plus claire et plus stable, avec une collimation et un suivi aux petits oignons...

Après plus d'une heure d'acquisitions, je décide de clôturer la session. La nuit est fraiche et humide, et le p'tit bonhomme risque de ne pas faire de grasse mat' demain !!! ;)))

Pour ce qui est des traitements, je décide de tester les résultats d'IRIS, REGISTAX et AVISTACK. A l'utilisation, j'avais peur de passer trois semaines à traiter les films avec Avistack. Lors d'une scéance solaire, Jean-Louis Badin m'avait fait une démo traitement, et sur un seul film, on avait passé plus de deux heures, alors qu'un de mes films prend au plus vingt minutes avec IRIS. A la défense d'Avistack, cette fois-là, le film pesait beaucoup plus lourd, et le process d'alignement des images n'est pas aussi poussé avec IRIS. Mais tout de même !!! Et bien, finalement, le traitement a été relativement rapide. Il a très bien vu que la zone intéressante de chaque image est relativement faible, d'où un gain de rapidité. De plus, Avistack découpe cette zone en petites sections pour optimiser le résultat final du traitement. Or, sur Jupiter à la focale à laquelle je travaille, il n'opère que peu de sections par rapport à une image "pleine" (surface du Soleil ou de la Lune). Malgré cela, au vu des résultats, je ne suis pas entièrement satisfait d'Avistack. Il semble plus perfomant sur des surfaces style soleil ou Lune.
En ce qui concerne Registax, là aussi, une bonne vélocité de traitement. Par contre, il semble plus "sensible" aux saletés sur le capteur. Sur l'image, on remarque bien des trainées qu'on ne retrouve pas avec IRIS ou Avistack. Ces deux derniers semblent plus habiles à masquer ces défauts. En tout cas, ça n'excuse en rien le fait que ce ne serait pas un mal que je nettoie ce capteur, et que je m'équipe (ça va bientôt arriver) pour faire des PLU en toute occasion. Que ce soit sur le soleil ou la Lune, on peut se débrouiller pour en filmer une sur la surface, mais sur Jupiter, impossible sans une boite à PLU ou équivalent...

Voici le résultat (n'hésitez pas à cliquer sur l'image pour la voir en grand) :

jupiter18112011

Pour Registax, je me suis servi de la doc en anglais fournie sur le site (pas toujours évident de saisir les explications, mais on se débrouille que on sait à peu près ce qu'on veut faire...), et pour Avistack, étant donné que j'avais oublié tout ce que Jean-Louis m'avait expliqué (Faut pas vieillir !!! ;)) ), je suis allé chercher sur le net des docs, en français si possible... Et je suis tombé sur ces deux-là, très bien faites. Les explications sont claires, les étapes bien expliquées avec des copies d'écran. Deux bonnes références :

http://www.astro-gilbert.fr/?p=211

http://perso.magic.fr/marc.patry/divers/Avistack/Tutoriel_Avistack.pdf

Au final, il faut toujours être vigilant à la préparation d'une scéance d'observation ou d'acquisition. Ne pas négliger la mise en station, les réglages et équilibrages du télescope, la collimation, le nettoyage... si on veut passer une bonne nuit sans soucis !!! ;)))) Autre point important, Jupiter demande un réglage précis pour ce qui est du gain et la durée de chaque pose. Si le globe est trop peu lumineux, on obtient des cercles concentriques disgracieux, et si on pousse trop, le globe sera cramé en partie. On retrouve d'ailleurs cette difficulté pour Saturne et Mars. vivement la prochaine séance pour refaire des tests dans de meilleures conditions.

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article