Please vote for me...

Recherche

Archives

Pages

Rubriques

Liens

30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 10:34

Dimanche dernier, il y avait un créneau, je l'ai pas loupé !! ;))

 

Setup basique : PST non modifié sur monture de voyage EQ1 motorisée AD, webcam philips SPC900 non modifiée

acquisitions et traitements sous IRIS, finitions photoshop. 150 images gardées sur 600 et ondelettes premier niveau plutot légères. Petite cosmétique de la mosaïque sous PS5 et c'est tout...

 

L'assemblage n'est hélàs pas parfait car sur l'ensemble du capteur de la webcam, je n'ai que la partie centrale de correcte. Ensuite je récupère des déformations et du vignettage qui donnent toute une zone périphérique floutée... Mon assemblage webcam-oculaire pour faire une projection par oculaire pour atteindre le foyer du PST n'est pas top. Il va falloir que j'améliore le concept...

 

Soleil25092011

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 10:21

Vendredi soir, la météo nous annonce une belle nuit bien dégagée. Jean-Louis m'invite en campagne pour dépoussiérer le 200... Au moment du départ, j'ai quelques doutes sur le ciel, qui a tendance à bien se voiler en altitude... Je fais un détour par chez Jean-louis pour qu'il me montre le chemin. Après une bonne heure de route, on arrive enfin dans un champ, prété par le propiétaire au club de Thorigny à Moutils la Chapelle (dans le 77). Un large horizon dégagé du nord-est au nord-ouest, et quelques cimes d'arbres au nord. Pas génant pour la mise en station.

A peine descendu de la voiture, je fais une arrivée presque fracassante. Le terrain est en pente, les instruments installés sont en contrebas, et j'ai la superbe idée de ne pas serrer le frein à main !!! La soirée a failli se terminer avant même d'avoir commencé !!! Beaucoup de sueurs froides dans le dos, mais l'ambiance générale est tout de même restée chaleureuse...

Sur place, une petite équipe déjà installée, avec une zone visuel et une zone acquisition. Toute une organisation. L'accueil est chaleureux et convivial. On va passer une bonne soirée !!! :)

Un petit tour d'horizon sur place pour voir le matériel présent... Que ce soit côté visuel ou côté imagerie, que du beau, que du bon. Notamment un dobson de 450... Une énorme bête noire où il faut la plupart du temps être à deux pour le manoeuvrer. Mais le résultat est à la hauteur des efforts fournis. Le temps que je m'installe difficilement (perdu l'habitude... ;) ), au dobson, on pointe M13. Résolu jusqu'au coeur. Sur mon 200, on y est presque. ensuite, je découvre les dentelles du cygne dans le dobson, avec un filtre OIII. Une merveille, un ravissement. Le tout en vision directe. bien que les personnes présentes considèrent le ciel comme moyen, je me régale !!! Normal, pour un gars des villes...

Jean-Louis de son côté a commencé avec la tête binocculaire sur son nextar. On commence avec un amas ouvert de la forme d'ET. C'est troublant de ressemblance... ;))

J'essaie à mon tour de visualiser les dentelles du cygne, mais même en vision décalé au 28mm 2pouces, ça ne donne rien de correct. On distingue à peine...

Je m'essaie sur quelques autres objets du ciel profond, et vadrouille autour du dobson et des autres instruments. Puis vient la pose chocolat chaud et gâteaux. Un pur bonheur !!! Avec l'humidité ambiante et le froid qui s'installe, cette collation est la bienvenue. Comme je le disais plus haut, un accueil sans faute !! Un p'tit coup d'cid' un peu plus tard pour se réchauffer.

Vers la fin, je vais jeter un coup d'oeil sur la partie acquisition. Jupiter est suffisamment haut maintenant. J'aurais bien fais quelques acquisitions mais la batterie de mon portable décide de me lacher au bout de 2 minutes... Tant pis, on s'y mettra une autre fois...

Jean-baptiste teste une caméra I nova avec sa roue à filtres. La question est de savoir si, sur Jupiter avec la longue focale choisie (plus de 5m je crois), on peut avoir le temps de faire les trois couleur à la suite... Perso je serais plus pour une bonne luminance et une acquisition directement en couleur... Reste plus qu'à attendre les résultats des traitements. Un autre à côté me montre ensuite ses acquisitions sur la nébuleuse de l'iris... avec 5minutes de poses pour chaque cliché, le suivi est parfait. On pourrait presque se contenter des brutes...

sur la fin, on tente une vision sur M42 qui vient de se lever. Chez moi, c'est sympathique, mais rien à voir avec le dobson...

Vers 3h, on commence à remballer. On abandonne deux participants qui veulent boucler leurs acquisitions. Je mets enfin un pied dans mon lit à 4h45. Que c'est bon !!! Vers 8h30, mon fils m'informe qu'il est l'heure de jouer !! c'est beaucoup moins bon !!! ;))

Si l'invitation se présente encore, je n'hésiterai pas une seconde. Un grand merci au club de Thorigny pour l'accueil et la soirée excellente au milieu des champs du 77. Promis, la rochaine fois, je n'oublierai pas le frein à main !!! ;)

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 16:06

 

Samedi dernier, on a eu une belle matinée. Je ne pouvais pas passer à côté de ça, malgré un programme assez chargé... J'ai donc sorti le matos pour imager en Halpha. Pour la LB, il me faudra un créneau un peu plus large...

 

 Ici, rien de particulier. Acquisitions et traitement IRIS, sans particularités. Ensuite sous PS5, j'ai d'abord fait un assemblage classique. Puis j'ai voulu faire un petit renforcement du globe, qui me paraissait fade. A partir de deux traitements donnés (ondelettes d'une part et masque flou de l'autre), j'ai dupliqué à chaque fois le calque pour traiter séparément le globe et les protus. Ce résultat permet avant tout de mettre en avant les choses à observer sur le globe, mais n'est pas super esthétique dans le sens où le PST m'a fait récupérer des différences de niveaux entre les différentes images, difficiles à récupérer au moment de la mosaïque...

 

Je vous en laisse juge...

 

Traitement de base avec ondelettes :

 

Haplha_o_04092011.jpg

 

Renforcement du globe, à partir des ondelettes :

 

Haplha_o_04092011_2.jpg

 

Renforcement du globe, à partir du masque flou :

 

Haplha mf 04092011

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 15:21

Pourquoi les astronomes filment un sujet pour ensuite n'en obtenir qu'une image finale ?????

C'est du simplement au traitement numérique du signal...
Les films obtenus lors de capture sont des successions d'images constituées de 0 et de 1. Et là, les matheux crient "youpi, on va pouvoir s'amuser !!!". En considérant que nous sommes dans le cadre de la théorie, des tas de théorèmes et formules peuvent nous aider à récupérer les images tant convoitées...

Pour simplifier un peu, une image brute d'un film, c'est le sujet photographié, avec un nuage de pixels recouvrant notre sujet, appelé bruit. L'avantage de l'astronomie est que nous filmons un sujet qui ne bouge pas (on oublie pour l'instant la turbulence, le suivi de la monture...) Par contre, la théorie du signal nous dit que le bruit de cette image brute est statistiquement un bruit gaussien qui a l'étonnante particularité de tendre vers 0 quand on l'intègre sur une longue période. En d'autre termes, plus on additionne d'images du même sujet immobile mais avec ce fameux bruit gaussien très présent sur les images de départ, plus ce bruit s'atténue, voire tend à disparaitre... C'est pas fabuleux, ça ???

Du coup, on pourrait additionner des millions d'images pour être au top !!! Réellement, c'est pas tout à fait aussi simple que ça...

Tout d'abord, ce fameux bruit, qui est issu de nombreuses sources (aussi diverses et variées qu'il y d'intermédiaire entre le sujuet lui-même et la surface du disque dur sur laquelle est enregistrée l'image) ne suit pas tout à fait la théorie. Du coup, son éviction, si on applique la méthode, marche dans la plupart des cas, mais pas forcément totalement. Par exemple, si on force sur les traitements, on peut le voir rappliquer à grandes enjambées...

De plus d'autres éléments perturbateurs viennent mettre leur grain de sel. Il faut notamment tenir compte de la turbulence, qui fait que mon sujet, subitement, n'est plus aussi immobile qu'il n'y parait. Ca peut aller parfois jusqu'à la danse du ventre en live sur votre écran... N'essayez même pas de faire des captures, ou vous devrez passer des journées à corriger le problème...

D'autre part il s'agit aussi d'avoir un bon suivi, grace à une bonne mise en station, et du coup obtenir un bon alignement des images de départ. Sinon, on récupère de la soupe...

En fait, toujours avoir en tête : De bonnes images au départ pour avoir de bonnes images au final...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Tutoriaux
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 10:21

Voici un petit tutorial sur MON utilisation d'IRIS, qui n'est pas forcément la meilleure, mais, pour l'instant, celle qui fonctionne le mieux chez moi pour l'acquisition et le traitement d'images solaires (mais applicable aussi  parfois sur d'autres films récalcitrants)

 

Pour un max d'infos, un seul lien : http://www.astrosurf.com/buil/iris/iris.htm

 

Pour l'acquisition, j'ai une webcam Phjilips SPC900 non modifiée. Je la paramètre en NB à 10im/s en 640*480. Cela me donne un bon compromis entre cadence de capture et qualité d'image, du point de vue du bruit, de la turbulence, de la compression de images...

 

Je capture toujours sur le disque C: de mon portable, d'une part parce que la partition D: semble endommagée partiellement, et d'autre part parce que la capture sur un support externe semble moins fluide. Cela n'engendre pas de complications particulières car, une fois la session de capture terminée, il suffit simplement de tout transférer sur un autre support.

 

Une fois cette session terminée, je commence par archiver tous les films séparément en archives RAR pour un stockage et une gestion plus aisée par la suite. Ca me permet de réduire l'emcombrement final d'un facteur 5 environ, et ce avant tout tri des films. Une fois gardé le best of des films les plus à même d'être gardés, une session peut la plupart du temps tenir sur un CD...

 

Ensuite, on peut attaquer les prétraitements. Dans IRIS, une fois la conversion du film effectué (Fichier->Conversion AVI, sélection de l'AVI, canal N&B nommé i, puis clic sur "convertir"), il s'agit d'abord d'aligner toutes les images. Certains préfèrent d'abord faire un tri, mais je considère que le tri sera plus efficace sur un détail souhaité que sur l'ensemble d'une image.

 

On charge la première image :

 

>load i1

 

On sélectionne la zone qui va servir de référence pour l'alignement (de préférence une zone bien contrastée, et présente totalement sur toutes les images sans exception). Personnellement, je choisis une zone pas trop grande, entourant un détail particulier que je considère comme principal dans le rendu final. En Halpha, je vais par exemple sélectionner une protubérance. Puis on va donner les paramètres à appliquer pour calculer l'alignement :

 

>pregister i p 256 599

 

Pregister est la commande de base pour l'alignement des images planétaires. Cette commande demande le nom des images à aligner (i), le nom des images une fois l'alignement effectué (p), la taille de la fenêtre à étudier pour estimer les dérives d'une image à l'autre (256), et pour finir le nombre d'images à aligner (599). Come je capture à 10im/s pendant 60s, je dois normalement obtenir à chaque fois 600 images. Or, il peut arriver qu'une image passe à la trappe car le système, au moment de la capture de cette image, était occupé. Pour ce qui est de la taille de la fenêtre, on peut proposer 64, 128, 256 ou 512. Plus la valeur est élevée, plus le traitement prendra de temps. a l'inverse, plus la valeur est faible, moins le traitement sera précis. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout le temps prendre 512. Simplement, on augmente la valeur sur des films plus exigents, où ça "bouge" plus...

 

Quand le traitement est terminé, on va pouvoir trier les images de la meilleure à la plus mauvaise. En opérant de cette façon, on va réellement trier en fonction d'un détail souhaité. Il peut arriver que, lors de l'alignement, certaines images ne soient pas alignées. Cette méthode de tri va donc pouvoir écarter ces images décalées car ne correspondant pas au détail de référence. On charge donc la première image  alignée précédemment :

 

>load p1

 

Sur cette image, on encadre à la souris le détail qui nous intéresse le plus, puis on lance le traitement :

 

>bestof p 599

 

Rien à dire de particulier sur cette commande. Une fois le tri effectué, IRIS génère une liste classée des images. Il faut donc appliquer ce tri :

 

>select p s

 

Les images triées sont les images nommées s... Ensuite, j'additionne les images que je considère comme bonnes :

 

>add_norm s 150

 

Je considère que les 150 meilleures images du tri peuvent dans la grande majorité des cas être gardées. Je ne travaille pas à longue focale et à des diamètres plutôt faibles, donc la question de la résolution ne se pose pas trop. Pour ce qui est de la fonction "add_norm", elle normalise le résultat de l'addition pour que le pixel ayant la valeur la plus élevée plafonne à 32700. Chaque valeur de pixel (son intensité) est codée sur 16 bits, ce qui donne 32768 valeurs possible, 0 étant le noir total. Dans le cas de notre fonction ça nous garde un peu de marge mais pas forcément suffisamment pour la suite des traitements. Du coup j'applique une autre commade :

 

>mult 0.75

 

Ceci permet de descendre toutes les valeurs de pixel à 75% de leur valeur d'origine. La valeur max descend donc à 24525. On retrouve donc de la marge pour la suite, car tout traitement par la suite risque de réaugmenter les valeurs des pixels. Si on était déjà au maximum, ça donnerait alors des zones saturées, ce qu'on veut éviter par dessus tout...

 

Enfin, pour éviter d'avoir à refaire tout ça :

 

>save f

 

Cela sauve ce résultat au format FITT, format utilisé par IRIS pour garder l'image en 16 bits et travailler dessus.

Au passage, tout ce que nous venons de voir est un script présent dans la fenêtre script. Ce script est sauvegardable en le copiant-collant dans le notepad, par exemple (et réutilisable de la même façon... Vous le tapez une fois pour toute, et ensuite c'est juste du copier-coller). De plus on peut revenir sur la plupart des étapes. Si le résultat final ne nous plait pas, on peut par exemple reprendre l'étape de réalignement en changeant des paramètres. Cette façon de procéder demande un peu d'espace disque (environ trois à quatre fois la taille du film) mais cela garantit des retours en arrière immédiats.

 

A ce stade, nous avons une image avec un aspect lissé, dans la mesure du possible, exempte de bruit. A partir de maintenant, on va pouvoir s'intéresser aux détails et essayer de les accentuer. Les deux plus utilisés sont le masque flou et les ondelettes. Personnellement, je commence toujours par les ondelettes. Si cela ne donne rien de bon, le masque flou aura du mal à faire mieux... Dans le menu ondelettes (traitements->ondelettes), je coche la case "verif. auto", ce qui permet de voir en temps réel ce qu'on fait. Ensuite je joue avec le premier curseur. C'est celui qui agit sur les détails les plus fins, et dans la plupart des cas, si on part avec un film de bonne qualité en terme de mise au point, c'est le seul curseur qu'on devrait toucher. Attention par contre car c'est aussi celui qui vous ramène le plus rapidement des artéfacts de traitement et du bruit... Tout est affaire de compromis. Maintenant, si la turbulence est très présente, vous ne gagnerez pas grand chose. Pour avoir de bonnes images finales, il faut avoir de bonnes images au départ. IRIS ne fait pas de miracle.

 

Ensuite vous pouvez cumuler les traitements. D'abord des ondelettes, puis un masque flou, ou simplement deux masques flous... Seule votre imagination et le résultat final vont vous brider...

 

Quand l'objectif est atteint, on peut sauver le résultat. Pour moi, je sauve en BMP pour ensuite pouvoir ajuster ensuite le traitement avec d'autres logiciels :

 

>savebmp final

 

D'autres formats d'enregistrement sont disponibles. Voir la doc pour la liste.

 

Ceci est le processus de base. Mais pour le Halpha, IRIS ne veut rien savoir. Il faut que je rajoute une étape intermédiaire pour lui faciliter le calcul d'alignement.

 

Une fois le fichier converti, j'applique un masque flou sévère sur la séquence d'images. Ceci a pour but d'accentuer au maximum le contraste et les détails de l'image : Menu traitement-> masque flou d'une séquence

Images d'entrée : i

Coef sigma : 5

facteur : 40

Images de sortie : m

Nombre : 599

Et on coche (si ce n'est déjà fait) planétaire

 

Ca donne une série d'images atroces et bourrées de défauts. C'est cette série qui va servir de référence pour effectuer l'alignement. Comme au début, on calcule l'alignement :

 

>pregister m p 256 599

 

Je ne reviens pas sur l'explication de cette commande. Ensuite, au lieu d'effectuer le bestof sur cette série, ce qui ne donnerait rien d'exploitable, on utilise le fichier résultat d'IRIS lors du calcul d'alignement pour appliquer cet alignement sur les images i de départ :

 

>file_trans i p 599

 

On demande à IRIS d'aligner de la même façon les images d'origine que les images masque floutées...

 

Ensuite seulement, on reprends le script pour effectuer le bestof et l'addition. Si au départ, IRIS n'arrivait pas à calculer le bon alignement avec les images d'origine, avec celles de la série du masque flou, l'alignement se fait sans soucis. Il se peut que ce soucis d'alignement ne soit du qu'aux images que je récupère du PST. Sur d'autres systèmes optiques, les images peuvent être différentes, et donc cette méthode n'est pas utile. Encore une fois, je précise que cette méthode est faite pour des films récalcitrants, ici pour le HAlpha, mais peut être aussi utilisé ailleurs.

 

A vous de tester maintenant, voire de peaufiner la méthode...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Tutoriaux
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 09:53

Suite de mon dépoussiérage, un soleil en LB fait un midi avec mon set de voyage (PST et Lulu de80/480 sur monture de voyage EQ1 motorisée en AD, léger, pratique et rapide à mettre en place).

 

Cette fois-ci, Lulu de 80/480 avec SPC900, acquisitions et traitements IRIS, mosaïque de trois images assemblées sous PS5.

 

SoleilLB 20110307 L80-400

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 09:45

Je suis en train de dépoussiérer d'anciennes images. Je viens de retrouver celle-ci, qui est une mosaïque de trois images capturées au 200 et barlow 5x par une spc900 et NB.

 

La capture a été réalisée par IRIS (comme toujours 10 im/s pendant 60s, bon compromis). Puis traitement IRIS, 150 images gardées à chaque fois, et ondelettes légères sur le 1er niveau. Assemblage sous photoshop, et sauvegarde en niveaux de gris en JPG.

 

Il y avait, d'après les vidéos, une turbu ondulatoire assez présente mais qui permettait tout de même d'avoir les détails fins la plupart du temps.

 

Rq : Pour la partie utilisation d'IRIS, je vais mettre un article dédié sous peu.

 

Clavius20110314 B5x

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images nocturnes
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 08:36

Le 2 juin 2011, le soleil s'est paré d'un bel anneau coloré.

Photo prise au canon 400D objectif calé sur 28mm

Légèresretouches photoshop pour accentuer un peu les couleurs... et redimensionnement pour que ça passe en entier sur le blog.

Comme quoi, quelle que soit la météo, il ne faut jamais hésiter à lever les yeux au ciel. Il y a toujours quelquechose à voir...

Parhelie1 02062011

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 13:37

Je viens de tomber sur cette image. Je l'ai prise le 22/03/2011 dernier.

Je faisais des acquisitions avec le PST, et le hasard a bien fait les choses... Trois images brutes successives pour un invité surprise.Avion22032011

Repost 0
Published by jt-astro - dans Images solaires
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 09:32

Vaste sujet !!!

 

Je pense que quasiment tous les astronomes amateurs rêvent de posséder leur propre observatoire. C'est un confort indéniable. Seulement, il faut avoir de quoi le "remplir"... et du courage et quelques compétences pour le construire. Monter une coupole de 5m de diamètre pour installer un ETX70... Chacun ses choix, mais bon... peut-être un peu excessif...

Pour ma part, je n'ai pas du matériel hors norme, mais cet observatoire va me permettre de laisser ce matériel monté en permanence, en station, à température, prêt à observer (intérêts de base d'un observatoire). Mine de rien, descendre 50 à 80kg de matériel, l'installer, le monter, le régler, pour observer une demie-heure parce que le ciel s'est couvert, et donc tout redémonter et le ranger... Ca peut finir par user l'observateur.

 

Maintenant, il s'agit de choisir le type d'observatoire. Quels sont mes besoins, mes exigences, et surtout mes contraintes ? D'abord pas de coupole. Ca ne passera pas auprès de la mairie, ni auprès de ma femme (encore plus exigente que la mairie !!!) Ensuite, bois ou parpaings ? au niveau budget, d'après les estimations, entre les cabanes prêt-à-monter de chez Leroy-Casto-dépot et monter des parpaings, avec finition enduit... on se retrouve avec un budget équivalent à 100 ou 200€ près... La grosse diférence vient de l'énergie demandée pour monter l'un ou l'autre, et de leur durabilité dans le temps.

 

Les chalets en bois, ça se monte vite, ça se modifie relativement facilement, mais il faut être en permanence attentif à leur évolution dans le temps. Comme précisé sur certains sites, le bois vit... Le chalet risque donc de bouger, il faut le traiter régulièrement, vérifier la solidité dans le temps...

En comparaison, l'abri monté en parpaings peut faire office de bunker... On peut donner un bon coup de savate sur le mur, ça bouge pas. Mais, ça ne se monte pas en 5 minutes !!! Depuis que je suis propriétaire, j'en bouffe du parpaing !!! du coup, ça m'a un peu refroidi. Mais, en analysant la durabilité dans le temps, et toute la partie entretien, le parpaing gagne haut la main... Maintenant, ça reste du béton, avec sa superbe capacité à emmagasiner de la chaleur, pour bien rayonner la nuit. donc il faut soigner l'enduit et voir même peut-être pour une isolation, histoire de limiter au maximum les écarts brusques de température. De plus, le parpaing me permet d'avoir un observatoire réellement sur mesure. Mais je devrais faire preuve de plus de patience pour l'avoir qu'avec un chalet en bois...

 

Sur internet, les avis sont partagés, ce qui n'aide pas pour faire son choix. Mais on peut voir des réalisations de toute beauté. Personnellement, je n'en suis pas encore à prévoir l'automatisation complète, mais un jour peut-être...

 

En tout cas, l'emplacement est déjà prévu (grace au bon vouloir de Madame...). Reste à définir le projet final pour pouvoir réaliser la déclaration de travaux (il parait que c'est obligatoire...) et enfin commencer les travaux...

Repost 0
Published by jt-astro - dans Observatoire
commenter cet article